BOX-OFFICE FRANCE 1995 (Top 10)

Publié le par BOFR

BOX-OFFICE FRANCE 1995 (Top 10)
BOX-OFFICE FRANCE 1995 (Top 10)BOX-OFFICE FRANCE 1995 (Top 10)

  Une année 1995 un peu moins riche en grands films au niveau du Top 10 au box-office annuel. En effet, 95 s'avéra une année plus prolifique en films "grand public", que ce soit en terme de comédies françaises ou en films d'action hollywoodiens (parmi lesquels se glisse le Disney annuel).

 

 Incontestable succès annuel, le rassemblement des Inconnus, trublionnant trio d'humoristes des années 90, dans ce qui reste à ce jour leur plus gros succès cinématographique, a dominé comme il se doit le box-office ! Avec Les Trois Frères, Bernard Campan, Didier Bourdon et Pascal Legitimus ont en effet réussi à faire rire près de 7 millions de spectateurs, assurant ainsi leur place de leader en haut du classement des plus gros succès de l'année. Jusqu'à programmer une suite (Les Trois Frères : le Retour) dont la sortie est prévue au début de l'année prochaine ! Le film parviendra-t-il à réitérer le score du premier ? Rien est (moins) sûr..

  Après le triomphe des Visiteurs (v. Box-office France 1993), il aura fallu moins de trois ans à Jean-Marie Poiré pour sortir une nouvelle comédie populaire. Quelques années avant de se voir attribuer les rôles d'Astérix et Obélix, Christian Clavier (devenu le Dany Boon de son temps suite au phénomène Jacquouille la Fripouille) et Gérard Depardieu (acteur français le plus capé à l'internationnal à l'époque - même plus que son comparse Jean Reno) se retrouvaient une première fois pour Les Anges gardiens, film où les deux acteurs jouaient chacun l'ange gardien de l'autre, dans une version totalement opposée à leur personnage. Près de 6 millions de personnes ont ri face à leurs frasques tout aussi folles que le chevalier de Montmirail et son laquais..

  Disney continuait sa décennie la plus prolifique du siècle dernier avec Pocahontas, nouvelle princesse et Légende indienne, qui réalisait un peu moins d'entrées que Clavier et Depardieu (lui-même conquistador sous la houlette de Ridley Scott quelques années plus tôt dans 1492 : Christophe Colomb, 3M d'entrées en 1992, 500 ans plus tard) avec un peu plus de 5 millions et demi d'entrées.. Soit près de la moitié du score réalisé par Le Roi Lion l'année précédente, bien que la découverte du Nouveau Monde et de la tribu de la jeune Amérindienne par John Smith et les troupes anglaises ait réalisé un score très honorable encore une fois.

  Autre comédie-phénomène de l'année, Le Bonheur est dans le pré a marqué une frange du public. Près de 5 millions de spectateurs ont suivi les atermoiements de Michel Serrault et Eddy Mitchell, les deux amis de Dole se retrouvant au restaurant pour oublier les affres de la vie de l'un, harcelé par sa femme, sa fille et les employées de son usine.. Le film d'Etienne Chatiliez n'a pas été la dernière comédie française du Top 10, puisque Josiane Balasko sortait l'une de ses plus fortes comédies avec Gazon maudit, où, en homosexuelle aimant sa femme (jouée par Victoria Abril), elle donnait la réplique à un Alain Chabat déchainé, et rapportait ainsi près de 4 millions d'entrées !

  Dans deux styles très différents, deux héros du film d'action revenaient en force en cette année 95. Tout d'abord le so british James Bond*, qui revenait sous la houlette de Martin Campbell et dans la peau de son cinquième interprète (avant Daniel Craig), en la personne de Pierce Brosnan, dont ce fut la première incarnation, tout comme Judi Dench d'ailleurs, qui allait interpréter pendant sept films l'une des plus marquantes M (chef du MI6) de la série. Près de 3,5 millions d'entrées sont allés voir dans les salles le 17e épisode de la franchise du célèbre agent secret britannique : *GoldenEye (film qui bénéficia d'une des chansons les plus marquantes de la franchise avec la dernière signée Adele : celle de Tina Turner), qui se trouve être depuis la sortie de Skyfall (v. le classement de ma Spéciale James Bond sur mon ancienne plateforme, que ce dernier s'est pris la peine de surclasser l'année dernière !) le 11e score de la franchise en France. L'autre film d'action de l'année fut le 3e volet de la franchise Die Hard*, porté par le beaucoup plus bourrin et moins raffiné John McClane alias Bruce Willis ! Le policier américain, de nouveau dirigé par John McTiernan (réalisateur du 1er volet), faisait cette fois face à Jeremy Irons (alias le frère d'Hans Gruber, méchant éliminé dans Piège de cristal qui était interprété par Alan Rickman) aux côtés de Samuel L.Jackson dans *Une Journée en enfer, devant un public quasiment équivalant à celui de 007 (faisant de lui le plus gros succès de la série à ce jour !).

  En 95, Roland Emmerich commençait à faire son trou à Hollywood avec un premier blockbuster, film de science-fiction qui plus est, qui s'éleva entre 2,5 et 3 millions d'entrées. Avant de virer dans le film catastrophe à grand spectacle (où il détruirait la Terre à coups de méchants extra-terrestres envahisseurs, de catastrophes naturelles déchaînées et d'une prophétie maya causant la fin du monde moderne), le réalisateur allemand s'est d'abord lui-même embarqué vers les étoiles avec Stargate, la porte des étoiles, emmené notamment par le "colonel" Kurt Russell. Ce n'est que l'année suivante qu'Emmerich connaitra son premier succès véritablement planétaire..

  Enfin, deux films français complétèrent le Top 10. Tout d'abord le drame marquant de Jean Becker Elisa, qui révéla Vanessa Paradis en tant qu'actrice aux côtés de Gérard Depardieu (présent décidément partout en ces années 90). Le film et sa chanson éponyme, qui fit gagner à Serge Gainsbourg le César de la Meilleure Musique à titre posthume, attirèrent ainsi un peu plus de 2 millions et demi d'entrées. Un cap que le nouveau film de Jean-Paul Rappeneau a failli atteindre, le réalisateur de Cyrano de Bergerac (encore Depardieu ! - pour ce qui restera l'un de ses rôles les plus marquants) revenant avec un nouveau film de cape et d'épée (se faisant rare en ce moment dans le cinéma français) intitulé Le Hussard sur le toit, où Juliette Binoche et Olivier Martinez y jouaient la part belle niveau romance.

 

  Si on devait retenir quelques autres films hors de ce Top, ceux Brad Silberling, Kevin Reynolds, Ron Howard et Mathieu Kassovitz pourraient être cités, ayant tous franchi la barre des 2M d'entrées (arrêtée donc à quatorze films cette année-là). Mon premier (futur réalisateur des délaissés Orphelins Baudelaire) sortait le premier film sur le célèbre petit fantôme Casper, ayant bercé une génération d'enfants ; mon deuxième retrouvait Kevin Costner cinq ans après Robin des Bois : prince des voleurs, dans Waterworld, film post-apocalyptique ; mon troisième envoyait Tom Hanks sur la Lune dans Appolo 13 (dernier film spatial marquant avant Gravity) ; enfin mon quatrième révélait Vincent Cassel dans La Haine, film en N&B sur la banlieue parisienne.

Class. / Titre du film

(Top 10)

(réalisation / production / pays / mois de sortie en salles)

Nb d'entrées
1. Les Trois Frères
(Les Inconnus - B.Campan, D.Bourdon.. / Pathé / France / décembre)
6,9M
2. Les Anges gardiens
(Jean-Marie Poiré / Gaumont / France / octobre)
5,7M
3. Pocahontas, une Légende indienne
(Eric Goldberg, Marc Gabriel / Disney / USA / novembre)
5,65M
4. Le Bonheur est dans le pré
(Etienne Chatiliez / EuropaCorp. / France / décembre)
4,9M
5. Gazon maudit
(Josiane Balasko / ? / France / février)
4M
6. GoldenEye
(Martin Campbell / United Artists / USA-GB / décembre)
3,5M
7. Une Journée en enfer
(John McTiernan / 20th Century Fox / USA / août)
3,45M
8. Stargate, la porte des étoiles
(Roland Emmerich / StudioCanal / USA / février)
2,7M
9. Elisa
(Jean Becker / StudioCanal / France / février)

2,5M

10. Le Hussard sur le toit
(Jean-Paul Rappeneau / StudioCanal / France / septembre)

2,5M

 

Box-offices France : 19931994, 1996199719981999200020012002

200320042005200620072008200920102011, 2012, 2013.

 

Box-offices France : 1993199419951996199719981999200020012002200320042005200620072008200920102011, 2012, 2013.

Publié dans 20 ans de box-office

Commenter cet article