BOX-OFFICE FRANCE 1996 (Top 10)

Publié le par BOFR

BOX-OFFICE FRANCE 1996 (Top 10)
BOX-OFFICE FRANCE 1996 (Top 10)BOX-OFFICE FRANCE 1996 (Top 10)

  Deux ans seulement après Le Roi Lion, le box-office France s'est vu affublé d'un nouveau Disney à sa tête ! Mais ce Disney n'est pas n'importe lequel, puisqu'il s'est permis de piocher dans notre littérature nationale avec l'un des plus célèbres romans d'un de nos plus fameux écrivains : Victor Hugo. À part ça, 96 a vu enfin Roland Emmerich (après un voyage de l'espace) faire ce qu'il fera de mieux au ciné ces quinze prochaines années : détruire le monde ! Pour commencer par une attaque extra-terrestre, qui dix-sept ans avant de la détruire à nouveau dans White House Down, ne laissera déjà pas la Maison blanche indemme.. Protagoniste de taille dans la série politique House of Cards, en partie réalisée par le réalisateur qui l'a révélé dans ce film, Kevin Spacey jouait l'un de ses rôles les plus marquants dans un des thrillers les plus glaçants de David Fincher, qui le mettra aux prises avec des certains Brad Pitt et Morgan Freeman..

  Avec Le Bossu de Notre-Dame, Disney a encore frappé un grand coup en 96 avec l'adaptation du plus célèbre roman de Victor Hugo (ayant pour vrai titre Notre-Dame de Paris pour rappel) ! Plebiscité par près de 7 millions de Français, le dessin animé mettant en scène le charismatique Quasimodo, épris de la belle Esmeralda et faisant face à son mentor Frollo qui l'a élevé dans la célèbre cathédrale parisienne, a donc bénéficié de son récit médiéval pioché dans notre culture nationale pour faire de sa nouvelle comédie musicale portée par les chansons écrites une nouvelle fois par Alan Menken (et ayant mieux réussi à ce film d'animation que celles écrites pour une autre adaptation live d'un roman de Victor Hugo sortie au début de l'année : Les Misérables version Broadway) tout simplement le plus gros succès de cette année !

  En orchestrant l'invasion extra-terrestre la plus impressionnante de la décennie, Roland Emmerich commenca à se faire la réputation de major de la catastrophe planétaire avec Independence Day, film où il ne détruisit pas moins de trois villes américaines par le biais de ses énormes vaisseaux spatiaux : tout d'abord, Los Angeles, son terrain de jeu favori (détruite plus tard par des tornades géantes dans Le Jour d'Après et un séisme gigantesque dans 2012), où l'US Bank Tower sera le premier bâtiment détruit du film ; New York, où l'Empire State Building se prendra lui aussi un rayon intersidéral avant que le reste de Manhattan ne soit détruit ; et enfin Washington, où (comme vous pouvez le voir sur la photo) la Maison blanche recevra ce même rayon. Heureusement pour le monde (enfin pour l'Amérique, dirais-je, l'action du film se déroulant, va savoir pourquoi, le jour de l'anniversaire de la Déclaration d'indépendance des Etats-Unis.. à moins que ce ne soit pour le symbole de la liberté), Will Smith, en incroyable soldat américain à l'arrogance à peine exacerbée, Jeff Goldblum, scientifique perdu revenu du monde de Jurassic Park, et Bill Pullman, en Président américain héros du monde (bonjour le symbole !) ont réussi à éliminer les envahisseurs de l'espace. Malheureusement, ils devraient revenir conquérir la Terre aux alentours de 2016.. Reste à savoir s'il attirera encre près de 5,6 millions de personnes.

  L'année 1996 aura tout de même au moins comporté un film d'auteur de rang au classement : il s'agissait de Se7en. Considéré à ce jour comme le plus grand coup de maître de David Fincher, ce thriller glauque rassemblant Brad Pitt et Morgan Freeman dans une enquête qui les mettra aux prises avec un inoubliable Kevin Spacey (en psychopathe fanatique effectuant ses meurtres à distance) a fait frémir près de 5 millions de spectateurs. Ce qui reste à ce jour son plus gros succès dans nos salles.

  Comme chaque année, le cinéma français aura livré sa comédie populaire annuelle, et cette fois-ci, ce fut Pédale douce qui s'offrit ce privilège. Et décidément, l'homosexualité était un sujet très en vogue en ces années 90 (bien que dans une autre optique que pour le mariage gay adopté au début de l'année), puisqu'après Gazon maudit l'année précédente (v. Box-office France 1995), qui traitait de l'homosexualité féminine, ce fut l'homosexualité masculine qui fut traité dans ce film porté par Patrick Timsit (très en vogue notamment depuis Un Indien dans la ville - cf. Box-office France 1994), accompagné de Fanny Ardant, Richard Berry, Michèle Laroque, sans oublier Jacques Gamblin (à ses côtés sur la photo - en bas à gauche). Plus de 4 millions de personnes auront en tout cas ri des frasques d'Adrien Aymar.

  La même année, 4 autres millions de spectateurs ont découvert la première aventure de l'agent Ethan Hunt au cinéma, puisque Tom Cruise reprit le rôle du célèbre héros casse-cou apparu dans une série télévisée américaine des années 60 (alors qu'au même moment, son compère britannique James Bond - qui était de retour en 95 avec GoldenEye - commençait sa carrière au cinéma), intitulée Mission : Impossible. Ce premier épisode (avant trois autres) fut l'occasion pour Brian de Palma de lancer sur les écrans cette célèbre saga de films d'action "grand public", et le réalisateur des Incorruptibles a eu recours à pas moins de deux acteurs français pour cela : Jean Reno (qui avait déjà joué dans un film américain avant celui-ci dans Godzilla, sous la houlette d'un certain.. Roland Emmerich) dans le rôle du méchant, ainsi qu'Emmanuelle Béart, dans le rôle de la belle "cavalière" d'Ethan..

 

  Un film aura marqué et ému le public en cette année 96 : il s'agit du Huitième jour, drame sociétal du réalisateur belge Jaco Van Dormael sur la relation entre un jeune handicapé et un homme intègre. Le film suit la rencontre de ces deux personnages joués par Pascal Duquenne et Daniel Auteuil, qui ont tous deux reçu le Prix de l'interprétation masculine au Festival de Cannes de la même année ! Résultat collaréal : 3,6 millions de personnes sont allés voir le film au même moment..

  1996 fut aussi l'année d'un célèbre documentaire français.. Un documentaire imagé d'un nouveau genre, sans aucune voix off en arrière-bande-son. Quelques années avant Le Peuple migrateur ou La Marche de l'empereur, Microcosmos a amorcé cette tendance qui fera les beaux jours du cinéma français les années suivantes, avec cette plongée des prises de vues réelles dans le monde fourmillant des insectes, qui réalisa pas moins de 3 millions et demi d'entrées.

  En pleine décennie Disney, ce fut aussi l'occasion pour un nouveau venu de révolutionner complètement l'animation au travers d'un seul long-métrage. En dévoilant Toy Story en 1995 (sorti donc l'année suivante en France), Pixar sortait son premier film (et premier must, qui allait se voir offrir pas moins de deux suites par la suite), qui bouscula les codes du film d'animation en y introduisant pour la première fois les images de synthèses (= faites par ordinateur), et allait devenir le précurseur de l'animation telle qu'on la connait aujourd'hui. En effet, même Disney (qui a depuis racheté le studio à la lampe), malgré un petit retour aux sources nostalgique en 2010 (La Princesse et la Grenouille), a du pleinement s'y mettre afin de maintenir le cap face à son propre studio qu'il a maintenant absorbé ainsi qu'aux nombreux concurrents (Dreamworks, Blue Sky...) ayant émergé durant les années 2000.. (Prochaine sortie : La Reine des neiges début décembre, des créateurs de Raiponce) Mais nous aurons le temps d'en reparler. En attendant, 2,75 millions de spectateurs seront allés voir la première aventure des jouets d'Andy, Buzz et Woody. Un résultat qui peut sembler bien bas quand on sait les succès qu'a récolté le studio la décennie suivante..

  On complète ce Top 10 annuel avec un autre film catastrophe, qui huit ans avant Le Jour d'Après de R.Emmerich justement, se consacra aux tornades telles qu'on les connait aux Etats-Unis (soit loin des grandes villes comme Los Angeles tout de même !). Ce film, c'est Twister, qui porté par Helen Hunt et Bill Paxton (vu ensuite dans Titanic ou Mon ami Joe), a attiré dans ses salles un peu plus de 2 millions et demi de spectateurs. Enfin, Cédric Klapisch (de retour en décembre avec Casse-tête chinois, refermant sa trilogie sentimentale avec Romain Duris et Audrey Tautou débutée cinq ans après) parvenait à réunir 2,4 millions de personnes avec Un air de famille, comédie dramatique ayant repris un scénario d'Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, acteurs du film, d'ailleurs, aux côtés de Catherine Frot et Jean-Pierre Darroussin notamment.

  Pour terminer, si on devait retenir des films à plus de 2 millions d'entrées, Francis Veber et son Jaguar, L'Armée des douze singes de Terry Gilliam, Le plus beau métier du monde pour Gérard Depardieu et le Ridicule de Patrice Leconte auraient pu en faire partie..

Class. / Titre du film

(Top 10)

(réalisation / production / pays / mois de sortie en salles)

Nb d'entrées
1. Le Bossu de Notre-Dame
(Gary Trousdale, Kirk Wise / Disney / USA / novembre)
6,8M
2. Independence Day
(Roland Emmerich / 20th Century Fox / USA / octobre)
5,6M
3. Seven
(David Fincher / NLC / USA / janvier)
4,9M
4. Pédale douce
(Gabriel Aghion / TF1-Canal+ / France / mars)
4,1M
5. Mission : Impossible
(Brian De Palma / Paramount / USA / octobre)
4,1M
6. Le Huitième Jour
(Jaco Van Dormael / ? / Belg-France / mai)
3,6M
7. Microcosmos
(Claude NuridsanyMarie Pérennou / ? / France / novembre)
3,5M
8. Toy Story
(John Lasseter / Disney-Pixar / USA / mars)
2,75M
9. Twister
(Jean De Bont / Warner Bros. / USA / août)

2,6M

10. Un air de famille
(Cédric Klapisch / ? / France / novembre)

2,4M

BOX-OFFICE FRANCE 1996 (Top 10)BOX-OFFICE FRANCE 1996 (Top 10)

 

Box-offices France : 199319941995199719981999200020012002

200320042005200620072008200920102011, 2012, 2013.

Box-offices France : 1993199419951996199719981999200020012002200320042005200620072008200920102011, 2012, 2013.

Publié dans 20 ans de box-office

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article